Stirling Audio Broadcast LS3/5V3

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique, ou nous vous présenterons des traductions et des adaptations d’articles, de banc d’essai de la presse spécialisée étrangère.

Aujourd’hui, nous l’inaugurons avec le test de l’enceinte Stirling LS3/5V3, publié dans le magazine Anglais Hifi + numéro 170 d’Avril 2019. Il est rédigé par Jason Kennedy, traduit et adapté par Florie Ulian et Pascal Grammon.

Il y a déjà 30 ans, alors que je débutais dans la haute fidélité chez Hifi Languedoc, j’ai ressenti un véritable choc musical en découvrant les minis enceintes Rogers LS3/5a, si petites et capables d’une telle ampleur, d’un tel naturel. Ces premières écoutes restent gravées dans ma mémoire, et la magie opère toujours aujourd’hui. Mes premiers salaires m’ont permis d’en acquérir une paire, tout d’abord les versions d’origine, en 15 ohms mono câblage, puis la version 11 ohms bi-câblage, puis des versions Spendor en luxueuse finition bois de rose, bref le virus était bel et bien en moi !

La passion que j’ai pour les mini-enceintes, m’a mené à tester d’autres modèles de marques différentes, comme Elac, PMC, Harbeth, Victor, Eclipse TD, Onkyo, Kiso, Venture, Pro-ac mais un retour aux mini-monitors BBC s’annonçait avec la découverte de la marque Stirling il y a une dizaine d’années.

En effet la découverte des enceintes Stirling LS3/5v2 a réactivé des souvenirs intenses, mais une modernité inédite de la reproduction musicale, plaçait la V2 nettement au dessus des précédentes versions.

Alors il y a quelques mois, quand nous avons reçu au magasin notre première paire de Stirling LS3/5v3, nous nous demandions vraiment ce que l’on pouvait attendre de plus d’une LS3/5. Mais dès les premières minutes d’écoute, ce ne fut pas la nostalgie qui fit vibrer notre corde sensible, mais bel et bien la découverte d’une nouvelle enceinte, capable de transmettre intégralement le message émotionnel de l’oeuvre musicale écoutée, avec une délicatesse et une force peu communes.

Avec toujours la même justesse de timbre, toujours le même charme, mais avec plus de dynamique, une tenue, une articulation du grave incroyable pour une si petite enceinte. Le voile que l’on pouvait reprocher aux anciennes versions de LS3/5, avait complétement disparu ! Le positionnement des instruments, des voix dans l’espace était holographique et ultra réaliste. La découverte des Stirling LS3/5V3 fut une révélation pour toute l’équipe d’ADHF.

et maintenant place, à l’article de la revue HIFI+.


Il ne peut exister enceinte plus emblématique que la LS3/5a. Conçue par la BBC au début des années 70 pour être utilisée comme moniteur de contrôle en régie mobile, sa licence a été octroyée à toute sorte d’entreprises au fil des ans. Elle a récemment connu un regain de popularité. Il existe différentes manières de fabriquer une LS3/5a. Par exemple, Falcon Acoustics est l’entreprise qui est allée le plus loin pour recréer, à la lettre, la version de la licence : elle a fabriqué une réplique des membranes de haut-parleur en Bextrene. D’autres ont adopté une approche complètement différente en utilisant des composants et des technologies modernes. Sur ce point, Harbeth et Graham Audio sont ceux qui ont rencontré le plus de succès. Stirling Broadcast, qui n’est pas originaire d’Écosse mais de Carmarthen au Pays de Galles (le nom vient des ancêtres écossais du fondateur Doug Stirling), a trouvé son équilibre en embauchant Derek Hughes, le fils de l’ancien ingénieur de la BBC, Spencer Hughes (qui, avec sa femme Doreen, a également fondé Spendor) pour concevoir une LS3/5a munie de haut-parleurs actuels conçus sur cahier des charges tout en conservant l’esprit du design imaginé par la BBC.

L’octroi de la part de la chaîne britannique de la licence et le fait que la fabrication des haut-parleurs soit basée sur une paire construite à l’époque par la BBC, témoigne du soutien apporté par l’entreprise au sujet de cette démarche unique. Par conséquent, l’enceinte est munie d’un caisson en contreplaqué en bouleau de 9mm avec des baffles avant et arrière vissés ensemble afin de recréer la philosophie du coffret élaboré par la BBC au département de recherche de Kingswood Warren.

Stirling a fabriqué des LS3/5a V2 pendant de nombreuses années. Désormais, elles sont dotées d’une impédance nominale de huit Ohms. Celle-ci est donc inférieure à l’impédance classique du design original qui était de 15 Ohms. Toutefois, cette impédance est beaucoup plus sensée dans le contexte actuel, car la puissance des amplificateurs est relativement élevée. La sensibilité basse du design (83dB) a été choisie afin d’offrir de meilleurs graves. L’enceinte a donc besoin d’un peu de puissance pour réellement être maîtrisée. L’impédance de huit Ohms permet en réalité, à y parvenir plus facilement.

Selon Doug, à l’exception du filtre, la version V3 de la LS3/5a est identique en tout point à la V2. La légende raconte que, lorsque Doug a voulu améliorer la V2, Derek Hughes a déclaré que la seule façon de l’améliorer efficacement serait de construire un filtre répartiteur sans compromis.

Le résultat est impressionnant. L’ensemble circuit et composants est à peine plus petit (de 16mm) que la face avant. L’objectif de ce design était de réduire la distorsion au strict minimum et de maintenir une réponse grave aussi bonne et linéaire que possible.

Selon Doug, c’est la première fois que des composants d’une telle qualité sont utilisés dans la fabrication d’une LS3/5a. Évidemment, cela se ressent dans le prix : il est environ de 550€ plus élevé que celui de la V2. La V3 est  dotée du cache en  Tygan qui remplace le cache tissu utilisé pour la V2.

La LS3/5a est composée d’un caisson très compact qui joue également le rôle de suspension acoustique (charge close). Cela signifie que les graves ne sont pas augmentés par un évent. La diminution de la réponse est ainsi beaucoup plus lente.

Les haut-parleurs de la marque KEF, créés à l’origine pour la LS3/5a, n’étant plus disponibles (car le modèle médium/grave B110 et le haut-parleur d’aigusT27 ne sont plus fabriqués), les modèles V2 et V3 utilisent tous deux des haut-parleurs de chez SEAS. Ces derniers sont conçus sur mesure et les haut-parleur d’aigus suivent les spécifications de Stirling. Par conséquent, la membrane de haut-parleur médium/grave est en polypropylène au lieu d’être en Bextrene. Le design du haut-parleur d’aigus est beaucoup plus moderne mais toujours avec le dôme textile de 19mm). Doug ne tarit pas d’éloges en ce qui concerne cette marque, car leurs haut-parleurs sont extrêmement fiables. Il explique que le taux de rejet des haut-parleurs entièrement assemblés est en dessous d’un pour cent. Leur fabrication est donc rapide. « Je n’avais pas vraiment d’expérience d’écoute avec ce design classique. Le peu d’expérience que j’avais ne m’encourageait pas toujours à en  écouter davantage. C’est donc avec une légère anxiété que j’ai branché les Stirling et monté le son. Ils étaient posés sur des supports d’enceintes FS104 Signature de Custom Design de 60 cm qu’il était nécessaire de tourner à 90 degrés en raison de leur largeur à l’ancienne et des proportions superficielles des haut-parleurs. Néanmoins, leur association s’est avérée parfaite. Branché à l’amplificateur de puissance P2 d’ATC avec le câble pour enceintes FI fractal de Townshend, l’ensemble était un peu hétéroclite, mais les premières notes étaient déjà prometteuses. Je n’ai pas pu profiter du bi-câblage. J’ai donc laissé les cavaliers de liaison en place.. J’ai placé les Stirling très près du mur du fond (à 18 cm du coin le plus proche) et je les ai orientés légèrement vers moi. 

L’écoute a débuté en toute décontraction. J’ai mis un album de Bill Withers que je n’avais jamais écouté (Naked & Warm, Columbia) et j’ai sorti l’ordinateur portable pensant rédiger en même temps. Il ne m’a pas fallu longtemps avant de me laisser captiver par ce qui sortait des enceintes. Le son était marqué par une ligne de basse les plus nettes que je n’avais jamais entendues. C’est en partie dû au fait que la LS3/5a est dotée d’une bosse dans la réponse à 100Hz. Celle-ci donne l’impression que le son est plus grave qu’il ne l’est en réalité. De plus, l’extension relativement limitée des graves signifie qu’il n’y a pas vraiment de notes basses pour renforcer le son. Mais peu importe, l’homogénéité est magnifique et, associée à la cohérence du fabuleux médium, l’écoute globale est réellement très engageante.

Je ne m’étais pas rendu compte que la BBC savait ce que “groove” signifiait. Mais, à l’évidence, les choses ont évolué depuis les années 70. Cet album sonne très bien, surtout sous le format 24/96 dans lequel je l’ai écouté.

Vu la petite taille des enceintes, on aurait pu s’attendre à des limitations gênantes concernant la scène sonore et la dynamique. La LS3/5V3 gère parfaitement ses 2 dimensions, surtout si vous êtes bien positionné.

Déplacez-vous d’un côté et le son se déplace avec vous. Il s’agit de quelque chose qui se produit dans une certaine mesure avec la plupart des haut-parleurs, mais ici, c’est plus flagrant. Asseyez-vous. Restez immobile. La magie opère, surtout au niveau des nuances de jeu et de chant. Les voix sont magnifiquement bien rendues. Doug MacLeod sonne puissant et mélancolique dans son solo «Going Home» (Break the Chain, Reference) et le bruit de fond est tout simplement inexistant. Joni Mitchell est beaucoup moins lisse dans «All I Want» (Blue, A&M). Cette chanson traduit une instantanéité crue qui le rend beaucoup plus réaliste. La synchronisation est une fois de plus superbe. Le médium transmet toutes les émotions malgré le caractère brut de l’enregistrement. Je comprends désormais pour quelles raisons les enceintes closes sont toujours d’actualité. Il est difficile d’obtenir une telle cohérence avec des designs bass-reflex.

L’enregistrement Live à FIP de Hadouk’s Trio de «Vol de Nuit» (Mélodie) ne fait pas vibrer vos organes comme le font les haut-parleurs plus imposants. Cependant, l’ouverture sonore est amplement suffisante et la texture du Oud et de la Contrebasse rend difficile le changement de morceau tant il est envoutant. D’une certaine façon, la limitation dans les graves les rendent plus justes, donc audibles et lisibles. C’est en partie dû au fait que l’effet de salle se fait discret, car il n’y a pas vraiment d’éléments sonores importants stimulant ses modes de résonance.

Selon la taille de la pièce et la qualité de l’amplification, il est évident que les graves profonds, générés à l’aide du synthé de Radiohead et Bark Psychosis ne feront pas forcément mouche. Les enregistrements acoustiques sont toujours bons. J’ai brièvement joué un trio pour piano de Beethoven (Beethoven: The Complete Music For PianoTrio / Florestan Trio, Hyperion): il était excellent, que ce soit au niveau des tonalités et du rythme. Il m’a poussé à essayer un morceau de piano d’Alfred Brendel (Haydn 1 1 Piano Sonatas, Philips). Les Stirling ont tellement bien rendu les intonations de jeu qu’il en est devenu séduisant.

Pour finir il est important d’écouter des voix, d’autant que la reproduction des voix était la fonction première de la LS3/5a. J’ai donc écouté un vinyle : «Ebony and ivy» (Esperanza Spalding, Emily’s D+Evolution, Concord). Il démarre avec des paroles rapides, souvent difficiles à comprendre. Mais pas ici. Lorsque la BBC a décidé de concevoir une enceinte pour la voix, elle y arrive avec brio !

Je dois admettre que j’ai été grandement séduit par cette LS3/5a. Elle est capable de tant et elle le fait si bien : vous pouvez donc lui pardonner ses petites limitations. Si vous accordez peu d’importance aux chiffres (tel que bandes passantes et niveaux de pression acoustique) et beaucoup plus au naturel et à la musicalité, l’enceinte Stirling LS3/5V3  devient un choix très alléchant, surtout quand la place est limitée.

Je dois l’accorder à Stirling: la LS3/5V3 est une pure merveille ! »

Jason Kennedy.

Détails Techniques :

Moniteur 2 voies, charge close

Tweeter 19mm dôme textile

Médium Grave polypropylène de 114mm

Réponse en fréquence : 75 Hz – 18 Khz  (+/- 3dB)

Fréquence de coupure 3 kHz

Impédance nominale 8 Ohms

Sensibilité : 83 dB/1W/1m

Dimensions : (H x L x P) : 302 x 188 x 168 mm

Poids 5.3 kg pièce

Finitions standards : Noyer, Cerisier, Frêne Noir, Chêne Anglais

Finitions Spéciales : Chêne Sauvage, Zébrano, Ebène et Bois de Rose

Notes:

Les enceintes Stirling LS3/5V3 ont besoin de supports adaptés pour livrer tout ce dont elles sont capables. Nous recommandons les supports Atacama HMS1.1, Something Solid XTF, ou bien encore Music Tool One

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *