Découverte du DAC Audio Heed Abacus

Heed Abacus : Test & Ecoute du nouveau convertisseur NA de chez Heed Audio

Heed Abacus DAC Audio HD & DSD évolutif

En ce samedi 01 avril 2017 , et malgré un ciel gris, nous sommes heureux et impatients à la fois car nous allons découvrir en avant première française, le tout nouveau convertisseur Numérique Analogique de chez Heed.

Le Heed Abacus, qui viendra compléter l’amplificateur intégré Heed Elixir.

Heed Abacus & Heed Elixir 2 surdoués de la musique

Nous voila face à 2 exemplaires du convertisseurs Heed Abacus , un noir et un argenté , il reprend exactement la même qualité exemplaire de finition de l’amplificateur Heed Elixir.

Il s’agit de prototypes définitifs, Heed attends les résultats des tests d’écoute qui seront pratiqués aujourd’hui à Toulouse, mais aussi ceux qui auront lieux à Lyon chez notre ami Pierre Martin de Sonatine, et à Paris dans les locaux de la revue Vu-Mètre afin de lancer la production, pour une livraison des premiers exemplaires courant Mai 2017.

J’avais pu apercevoir en Septembre 2016 lors de ma visite à Budapest, quelques croquis et avait longuement échangé avec Attila, le concepteur en chef du numérique chez Heed. Le cahier des charges était bien rempli, ce qui n’a fait qu’aiguiser mon impatience durant tous ces mois.

Nous en mettons un en chauffe de suite dans notre premier Auditorium , sur un ampli Heed Elixir et une paire de Totem Staff, tout le système est cablé en Chord.

Les sources seront un Drive Heed DT ou un lecteur réseau SOTM SMS200.

Le Heed DT (en blanc)  nous sert de Drive CD de référence

Le 2eme est ouvert , je sais, la curiosité est un vilain défaut mais on n’y résiste pas ..

Ce que nous découvrons est une électronique de grande classe , avec quasiment aucune place libre ! Une implantation des circuits au cordeau, une qualité générale d’excellence se dégage de cet appareil , quoi !! il vaut moins de 1200 € vous êtes sur, Mr Heed ?

L’emplacement libre est  prévu pour l’implantation de la carte réseaux de streaming

La conversion est confiée à un circuit AKM dernière génération.

Après avoir satisfait ma curiosité d’électronicien , nous le mettons en chauffe dans le grand auditorium , branché sur un amplificateur Marantz PM10 et sur les enceintes Apertura Adamante.Les sources seront ici le Marantz SA10 utilisé comme Drive, et notre serveur Digital Grooge DGone HD.

L’idée est de pouvoir passer d’un pièce à l’autre et de mesurer les capacités musicales de ce convertisseur sur 2 systèmes très musicaux mais de niveaux différents.Toute l’émotion va t elle s’effondrer sur le système très haut de gamme, ou au contraire les performances de l’Abacus lui permettront elles, de maintenir le système à un point d’équilibre et de cohérence.

Le moment est venu de prendre un café, et de laisser chauffer les 2 DAC sur un fond musical ..retour au test 15 min plus tard

Heed Abacus, Marantz SA10  David et Goliath ?

La première partie de l’essai consiste à essayer différents types de fichiers , et de vérifier la compatibilité de l’ Abacus avec les fichiers Hi Rez et DSD.Notre serveur DGone pouvant à peu près lire  tout ce qui existe, nous commençons avec des fichiers PCM 24 bits 44 48 88 96 176 et 192 Khz aucun problème,nous continuons avec des fichiers RM32 bits 176 khz , aucun problème non plus.

Je tiens à préciser que notre serveur fonctionnant sous linux, aucun Driver n’est nécessaire, et que le DAC Abacus a été reconnu de suite.

Passons au DSD , quelques RIP de SACD en DSD64 passent sans aucun soucis , nous avons aussi des fichiers DSD128 provenant de concerts que nous avons enregistrés avec notre Tascam DA3000 là aussi aucun accros.

Comment va se comporter le Abacus sur un Fichier DSD256 (provenant de Native DSD ) , en sachant que la limite de l’Abacus est le DSD128, notre serveur converti à la volée en PCM 352.8 Khz ,donc pas de coupure, la musique continu a être jouée !

Le lecteur Réseau SOTM SMS200 reconnait de suite l’Abacus

Voila plus de 40 mn que les DAC sont branchés, et on commence à apprécier l’ouverture et la délicatesse dont l’Abacus est capable, l’ADN Heed est bien présent mais avec plus de modernité.Nous passons un moment à écouter L’Elixir et les Totem Staff, quel plaisir !Toute la légèreté et l’évanescence de l’enregistrement des concertos pour Piano de Bach par Murray Perahia est magnifiquement restitué, le piano se détache pourtant bien de l’orchestre , avec une belle présence, les différents pupitres de l’orchestre sont bien positionnés dans l’espace, et on se surprend à écouter , peu être même à redécouvrir ce disque pourtant maintes et maintes fois écouté. On se demande presque; à quoi bon dépenser plus dans un système hifi ! Moins de 6500 € le système complet et quel bonheur.

Le Dac  Abacus marque des points décisifs sur cette écoute; plaisir immédiat, envie d’écouter, bel équilibre entre analyse et legato.

Nous prenons un instant pour brancher le DAC HEED DA, et les confronter ainsi. Très difficiles à départager, L’Obelisk DA est plus rond et certainement moins transparent que l’Abacus, mais son charme continue à faire de l’effet, alors il n’y a résolument pas de vainqueur dans cette joute musicale mais plutôt 2 voies quelques peu différentes de restituer la musique. La neutralité de l’Abacus lui autorisera peut  être une carrière dans les studios de Mastering.

Heed Elixir + Heed Abacus + Totem Staff : passeport pour l’ivresse musicale.

Nous changeons de pièce et retournons dans le grand Auditorium.

Le Heed Abacus joue dans la cour des grands.

Le tadem  Heed + Marantz a eu le temps de monter en température, et nous démarrons de suite l’écoute. Nous alternons disques lus par le Marantz SA10 et fichiers lus par  notre serveur.

Chord en liaison Coax et Nordost en liaison USB

.

La même ampleur les même nuances sont présentes, certes l’autorité dans le grave de l’Aesthetix Romulus reste supérieure, mais nous restons très étonnés du comportement très en place de l’Abacus, il n’y a pas du tout de déséquilibre et on oublie très vite que le DAC Abacus est le maillon le moins cher du système que l’on écoute, on se laisse juste porter par la sélection musicale.

Marantz SA10 et Aesthetix Romulus de belles références au coté de l’Abacus.

Nous sourions tous, et sommes désormais certain d’être face à un grand produit. Heed va redéfinir encore une fois le concept du haut de gamme abordable.

L’ensemble Heed DT + Heed Abacus risque fort de devenir le choix incontournable en dessous des 3000 € !

Heed a largement relevé le défi qui était de sortir un DAC Audio à la hauteur de l’amplificateur Heed Elixir , qui rappelons le, vient de rejoindre le clan très fermé des

“Recommanded Components” de la revue américaine Stéréophile.

Je pense que l’année 2018 nous réserve encore de belles surprises en provenance de Budapest et je vous parlerai prochainement

de la carte réseau qui permettra à l’Abacus de streamer vos musiques dématérialisées. Nous rencontrons la Team Heed au mois de Mai à Munich

et nous découvrirons cette nouvelle évolution pour l’Abacus.

2018 … News

Le DAC Heed Abacus est déjà sur le marché depuis plus de 6 mois et a déjà conquis plusieurs dizaines de mélomanes en France.Nous avons quelques nouvelles concernant la carte réseau, après avoir développé une première version ( sur une base OEM) et n’avoir pas été satisfait du résultat musical, Heed a pris la décision de concevoir sa propre carte, et son propre logiciel embarqué, ce qui explique le retard de quelques mois, mais je crois que nous serons très heureux de ce contretemps, les premières écoutes de la nouvelle version  ont eue lieu et ont réjouit l’équipe de chez Heed  ! alors patience  nous devrions en écouter un exemplaire au début du printemps, et le lancement officiel sera fait lors du High End de Munich 2018.

à très bientôt.

Pascal Grammon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *